Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
On l'appelait "Doublemètre" Agrandir l'image

On l'appelait "Doublemètre"

J.J. GILLOT J. LAGRANGE

Neuf

Eté 1944 : l’heure de la libération sonne enfin en Périgord. Mais un climat de terreur va se poursuivre pour ceux qui n’avaient pas choisi le bon camp : c’est l’intensification de l’épuration qui s’ouvre...

Le lecteur constatera que l’Histoire n’est jamais « inscrite dans le marbre » et que cette période laisse encore des plaies ouvertes.

Plus de détails

19,50 € TTC

Fiche technique

Reliures Livre broché
Nombre de pages 306
Dimensions 155 x 215 mm
Format Portrait
Poids 0.6 Kg

En savoir plus

Un certain André Urbanovitch alias “Doublemètre” se retrouve investi du pouvoir de vie et de mort par ses chefs après avoir largement sévi dans la Double.  Il va continuer à être zélé pour traquer les miliciens, les collabos et les profiteurs, réels et prétendus. Mais il ne fut pas le seul à avoir versé dans l’épuration et il convenait d’en faire état. Ainsi, cette période sera encore marquée par le sang d’innocentes victimes, des règlements de comptes personnels et politiques.  

Le parcours sinueux de ce natif des Balkans, véritable personnage de roman, avait déjà été tracé en 2002 par Jean-Jacques Gillot et Jacques Lagrange dans L’épuration en Dordogne selon Doublemètre. Cette fois-ci, avec de nouvelles archives et de nouveaux témoignages, ils ont affiné le portrait d’un homme aux facettes multiples et d’un opportunisme en diable. Non exempt d’initiatives personnelles, il n’en fut pas moins largement instrumentalisé avant de poursuivre, à sa seule main, sa conquête des milieux artistiques de Paris entreprise avant-guerre. 

Jean-Jacques Gillot est le fils aîné d’un très jeune marin de la France libre à l’époque où ses grands-parents soutenaient l’Armée secrète. Maître en droit, diplômé en sciences politiques, docteur en histoire contemporaine et officier de réserve, il a été cadre supérieur et directeur d’établissements d’une grande entreprise publique. Auteur, co-auteur et directeur de recherches d’une dizaine d’ouvrages appréciés par des universitaires de renom, il est membre fondateur du comité pour une Histoire scientifique et critique de l’Occupation (HSCO).

Jacques Lagrange était le fils d’un cheminot et précoce résistant qui démissionna du Parti communiste après-guerre. Alors adolescent, il avait vécu les temps de l’Occupation et ceux de la Libération. Récemment décédé, il a été un historien prolifique, un éditeur d’excellente réputation et un pilier de la Société historique et archéologique du Périgord autant qu’il fut journaliste, chef d’entreprise et maire-adjoint de Périgueux en charge du patrimoine pendant trois mandats successifs. Cette nouvelle édition est un hommage à sa mémoire.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

On l'appelait "Doublemètre"

On l'appelait "Doublemètre"

Eté 1944 : l’heure de la libération sonne enfin en Périgord. Mais un climat de terreur va se poursuivre pour ceux qui n’avaient pas choisi le bon camp : c’est l’intensification de l’épuration qui s’ouvre...

Le lecteur constatera que l’Histoire n’est jamais « inscrite dans le marbre » et que cette période laisse encore des plaies ouvertes.