Le Partage des Milliards de la Résistance

18,96 €

Disponible dès maintenant

L'attaque du train de Neuvic-sur-l'Isle

Par Jean-Jacques Gillot et Jacques Lagrange

Nous savons tous comment, le 26 juillet 1944, en gare de Neuvic-sur-l’Isle (Dordogne), 150 résistants interceptèrent un train et s’emparèrent d’autant de sacs de la Banque de France contenant 2 milliards 280 millions de francs de l’époque, soit environ 440 millions d’euros actuels. Les maquis qui ne vivaient pas de rapines avaient besoin d’alimenter leur quotidien.

Quantidade

100% secure payments

La même année, d’autres opérations du même genre eurent lieu sur l’ensemble du territoire. Elles sont moins connues que la précédente. Mais dans ses Mémoires de guerre, le chef de la France libre estimait à quinze milliards de francs le montant des « fonds réquisitionnés par les chefs locaux pressés par la nécessité ».

Très vite, cependant, l’essentiel des magots échappa au contrôle de la Résistance armée. Quelques rares élus nationaux d’après-guerre demandèrent des enquêtes, mais les rapports disparurent,  les juges prononcèrent des non-lieux, les parlementaires les plus déterminés s’épuisèrent.

Pourtant, tout était écrit, tout existait bien. Afin de savoir, il importait donc d’aller à la recherche et de découvrir des centaines de dossiers recélés dans les archives publiques ou privées, de rencontrer des témoins longtemps négligés. 

Soixante ans après les faits, Jean-Jacques Gillot et Jacques Lagrange, déjà auteurs de L’épuration en Dordogne selon Doublemètre, avaient accompli ce parcours. Désormais, de nouveaux éléments viennent compléter leur ouvrage initial pour dévoiler les visages des politiciens et des affairistes peu scrupuleux qui avaient agi en sous-main.      

Les auteurs

Jean-Jacques Gillot est le fils aîné d’un très jeune marin de la France libre à l’époque où ses grands-parents soutenaient l’Armée secrète. Maître en droit, diplômé en sciences politiques, docteur en histoire contemporaine et officier de réserve, il a été cadre supérieur et directeur d’établissements d’une grande entreprise publique. Auteur, co-auteur et directeur de recherches d’une dizaine d’ouvrages appréciés par des universitaires de renom, il est membre fondateur de l’association pour une Histoire scientifique et critique de l’Occupation (HSCO).

Jacques Lagrange était le fils d’un cheminot et précoce résistant qui démissionna du Parti communiste après-guerre. Alors adolescent, il avait vécu les temps de l’Occupation et ceux de la Libération. Récemment décédé, il a été un auteur soucieux  d’aller toujours plus loin dans la recherche de la vérité historique, un éditeur d’excellente réputation et un pilier de la Société historique et archéologique du Périgord autant qu’il fut journaliste, chef d’entreprise et maire adjoint de Périgueux en charge du patrimoine pendant trois mandats successifs. Cette édition est un nouvel hommage à sa mémoire.  

Préface de Jean-Michel Adenot

130 Itens

Ficha informativa

Auteur
Jean-Jacques Gillot
Format
155x220 cm
ISBN
979-10-92474-30-5
Nombre de page
320

Também poderá gostar