Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
L'exil du clergé français en Espagne durant la Révolution (1791-1815) Agrandir l'image

L'exil du clergé français en Espagne durant la Révolution (1791-1815)

Manuel Gutiérrez García-Brazales

Neuf

Lorsque le 26 août 1792, l’Assemblée législative française vota à Paris le décret contre les ecclésiastiques qui avaient refusé de prêter le serment constitutionnel, ceux-ci furent tous obligés de quitter dans un délai de quinze jours le royaume de France, sous peine de déportation en Guyane.

Environ 8 000 d’entre eux (partis de presque tous les évêchés français) trouvèrent refuge en Espagne.

Plus de détails

39,00 € TTC

Fiche technique

Reliures Livre broché
Nombre de pages 800
Dimensions 16 x 24 cm
Format Portrait
Poids Env. 2kg

En savoir plus

Pratiquement la moitié des curés et un tiers environ de la totalité des prêtres prêtèrent le serment exigé (entre 25 000 et 30 000), pendant que la grande majorité de ceux-ci (entre 60 000 et 70 000 prêtres) et tous les évêques diocésains le refusèrent. Ils furent près de 40 000 à partir en exil vers différents pays d’Europe : Angleterre, Italie, Allemagne, Portugal, etc.

Au bout de près de trente ans de recherches, l’auteur, Manuel Gutiérrez García-Brazales, livre la liste quasi exhaustive (plus de 98 % de l’estimation) avec 7 693 noms de ces ecclésiastiques exilés…  

Il s’est totalement passionné pour sa recherche. En témoigne le professeur Leandro Higueruela del Pino, préfacier de la version espagnole de l’ouvrage : Il fallait voir l’enthousiasme qu’il manifestait quand il rencontrait, dans les années 70, quelques documents sur les curés français exilés, parce que le travail de Manuel Gutiérrez García-Brazales consistait aussi à dépoussiérer les liasses où ils furent attachés et placés sans ordre par les archivistes contemporains des événements. De là son enthousiasme, étant sûr que personne avant lui n’avait utilisé ces documents (…).

Il était très conscient que dans les Archives diocésaines de Tolède étaient dispersés tous les témoignages écrits sur le sujet, et il eut la patience de chercher, d’ordonner et de cataloguer plus de deux cents liasses et manuscrits... L’ouvrage qui est à l’origine une thèse soutenue en 1990, à Madrid, a été traduit par Jacqueline Lacombe, Bernard Aumont et Claude Lacombe. Il a été largement étoffé quant à la liste nominative des ecclésiastiques français, et voit enfin le jour en France, constituant un formidable outil et une ouverture vers de nouvelles recherches, indispensable pour tous les chercheurs travaillant sur la Révolution.

L’auteur : 

Manuel Gutiérrez García-Brazales, né dans la province de Tolède, est licencié en Histoire ecclésiastique de l’Université Grégorienne de Rome (1969) et en Géographie et histoire de l’Université Complutense de Madrid (1972). Depuis 1978, il est membre correspondant de l’Académie royale des Beaux Arts et des Sciences historiques de Tolède et depuis 1992, membre de l’Institut des Études Complutenses d’Alcalá de Henares.

Les traducteurs :

Jacqueline Lacombe, professeur certifiée d’espagnol honoraire. Responsable depuis une vingtaine d’années de l’atelier d’espagnol de l’Université du Temps libre de Sarlat et du Périgord Noir, elle a assuré la traduction en espagnol du livre en français de Claude Lacombe, Jerónimo de Perigueux (¿1060?-1120) obispo de Valencia y de Salamanca : un monje-caballero en la Reconquista, en 2000, et a dirigé la traduction en français de divers ouvrages espagnols : les actes du colloque organisé en 2007 par Jose Manuel Gómez-Tabanera, Les Indianos asturiens ; le livre Le chevalier de Loudun, Saint Alléaume (1035 ?-1097), patron de Burgos, par César Alonso de Porres, en 2011. 

Bernard Aumont, inspecteur d’Académie et directeur d’IUFM honoraire, a participé à la traduction en français des ouvrages espagnols précédemment cités.

Claude Lacombe, professeur d’histoire honoraire en collège, diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, directeur de la revue Art et Histoire en Périgord Noir depuis 1999, auteur de Faïences et faïenciers de Bergerac au XVIIIe siècle, en 1989 et de Jérôme de Périgueux (1060 ?-1120), chapelain du Cid (1999). Il a coordonné la parution de la version française de l’ouvrage de Manuel Gutiérrez García-Brazales présentée ici pour la première fois.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

L'exil du clergé français en Espagne durant la Révolution (1791-1815)

L'exil du clergé français en Espagne durant la Révolution (1791-1815)

Lorsque le 26 août 1792, l’Assemblée législative française vota à Paris le décret contre les ecclésiastiques qui avaient refusé de prêter le serment constitutionnel, ceux-ci furent tous obligés de quitter dans un délai de quinze jours le royaume de France, sous peine de déportation en Guyane.

Environ 8 000 d’entre eux (partis de presque tous les évêchés français) trouvèrent refuge en Espagne.